Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

3 - Sentier des batraciens.

Publié par Roland Pellion  - Catégories :  #Faune.

On ne les voit guère, mais les zones humides grouillent de vie.

Crapaud commun (Bufo bufo).

Crapaud commun (Bufo bufo).

Le crapaud commun par Chiff-Chaff.

Le crapaud commun (Bufo bufo) vit à peu près partout en plaine et en forêt notamment dans les milieux humides.

Il apprécie les milieux frais et boisés et évite les habitats chauds et secs, comme les cordons dunaires du littoral ou les Causses du sud de la France qu'il laisse au crapaud calamite.

Il vit sur terre et rejoint l'eau uniquement pendant la brève période de reproduction. Ses sites de ponte sont les plans d'eau permanents souvent riches en poissons, comme lacs, étangs, bras mort de rivières, mares, rivières, bassins de carrière et sablières, marécages, tourbières etc.

Le crapaud commun est actif surtout la nuit. Avec ses membres assez courts, il ne se déplace que lentement et plutôt lourdement. Inquiété, il peut s'éloigner à petits bonds.

Le jour, il se cache dans un trou qu'il creuse ou dans un terrier de rongeur, dans une taupinière ou sous du bois mort ou des pierres. Plusieurs individus peuvent occuper le même terrier.

Le crapaud commun se nourrit principalement d'insectes divers et de petits animaux : limaces, vers de terre, chenilles, cloportes, fourmis, petits coléoptères, scolopendres, mouches etc... qu'il attrape avec sa langue collante. Il mastique sa proie en l'écrasant avec le palais car il ne possède pas de dents.

L'hivernation se déroule habituellement d'octobre-novembre à février-mars, dans un site terrestre situé généralement à moins de 500 m du site de ponte. À l'automne, en effet, il se rapproche de sa mare de reproduction mais attend le printemps pour effectuer le trajet final. Pour hiverner, il se réfugie dans une cavité à l'abri du gel : terrier, cave, tas de bois. Durant cette période, il peut effectuer quelques sorties par temps doux.

À la fin de l'hiver, les crapauds se regroupent par dizaines voire par centaines autour de points d'eau pour s'accoupler et pondre leurs œufs qui deviendront têtards et se transformeront en petits crapauds en quelques semaines.

La période de reproduction débute entre décembre et mars. L'adulte mue peu avant ce moment. Il se défait de son épiderme hivernal et acquiert une peau dorsale lisse.

La migration prénuptiale s'effectue principalement par nuits douces. Les crapauds se déplacent en grand nombre vers un point d'eau. Les mâles arrivent en général les premiers et y restent plusieurs semaines. Ils sont fidèles à leur frayère. Lors du trajet, certains mâles ayant rencontré une femelle, s'agrippent sur leur dos et ne les lâchent plus jusqu'au site de ponte. La femelle, déjà chargée par son gros abdomen plein d'ovocytes, n'a plus alors qu'à avancer avec son partenaire fermement rivé sur le dos et à se frayer un chemin parmi les feuilles et les cailloux.

Dans l'eau, la concurrence entre mâles est très forte et les bagarres sont nombreuses. Lorsqu'une femelle arrive dans l'eau, les mâles se jettent sur elle, en poussant de petits cris d'amour plaintifs, pour essayer d'être les premiers à l'agripper sous les aisselles, dans la position dite d'amplexus axillaire. Souvent, on peut voir cinq ou six mâles s'accrocher les uns aux autres pour essayer de déloger celui qui tient la femelle. Celui qui est en meilleure position fait tout pour repousser les rivaux de ses pattes arrières. Mais lorsque la femelle manifeste les symptômes de la ponte, les intrus abandonnent finalement la lutte et laissent le couple réaliser tranquillement ses objectifs. Leur instinct de reproduction les mène à s'accrocher à d'autres espèces, grenouilles, poissons, pied du promeneur au bord de l'eau. Le chant nuptial est très discret.

Dès que la femelle commence à évacuer ses ovocytes, le mâle l'aide en stimulant l'orifice cloacal de ses orteils et en frappant de petits coups sur ses flancs. La ponte de deux longs cordons d’œufs (un par ovaire) que le mâle arrose au fur et à mesure de son sperme peut durer plusieurs heures. Ces longs cordons d’œufs sont fixés à la végétation aquatique. Une femelle pond habituellement entre 5 000 et 7 000 œufs. Chaque femelle pondrait tous les deux ans.

L'éclosion des œufs se fait au bout de deux à trois semaines, suivant la température de l'eau. Le têtard, un être aquatique, possède des branchies et une queue. Il se nourrit de déchets organiques et d'algues. Sa métamorphose en jeune crapaud terrestre, se fait ensuite en un mois et demi à trois mois.

À la fin de la reproduction, les adultes entament une migration postnuptiale vers un lieu de séjour estival.

La maturité sexuelle est atteinte à l'âge de 3 à 7 ans dans le nord et probablement plus tôt dans le sud. Il vit une dizaine d'années. (Source Wikipédia).

Grenouille verte (Rana klepton esculenta).
Grenouille verte (Rana klepton esculenta).
Grenouille verte (Rana klepton esculenta).
Grenouille verte (Rana klepton esculenta).
Grenouille verte (Rana klepton esculenta).
Grenouille verte (Rana klepton esculenta).
Grenouille verte (Rana klepton esculenta).
Grenouille verte (Rana klepton esculenta).
Grenouille verte (Rana klepton esculenta).

Grenouille verte (Rana klepton esculenta).

La grenouille verte par Chiff-Chaff.

La grenouille verte ou grenouille commune (Rana klepton esculenta). Le terme de " klepton " signifie qu’il s’agit d’une espèce hybride. Il s’agit d’un croisement entre la grenouille rieuse et la petite grenouille verte.

Les grenouilles vertes ont une taille de 7 à 10 cm pour les mâles et de 8 à 12 pour les femelles. Elles ont une tête large avec un museau pointu et des yeux rapprochés à pupille ovale et horizontale et dont l’iris est brun tacheté de noir. Leurs tympans sont bien visibles et sont gros par rapport aux yeux. Les mâles possèdent deux sacs vocaux de chaque côté de la gorge. Elles ont le dos de couleur verte ou brune, ponctué de taches noires chez certains individus. On peut parfois apercevoir une ligne vertébrale plus claire. Le ventre est blanc jaune parfois tacheté de sombre. Les pattes sont rayées de bandes sombres et les orteils des pattes postérieures sont palmés.

Elles se nourrissent d’insectes et de petits poissons, ainsi que de leurs propres têtards, car elles sont cannibales.

Aux beaux jours, les grenouilles ont pour habitude de se chauffer au soleil, elles vivent en groupe. Les accouplements débutent en mai. Les grenouilles vertes se réunissent dans les mares et dans les étangs. L’accouplement est axillaire. Les femelles pondent de 5 000 à 10 000 œufs en petits tas de 300 qui coulent au fond de l’eau. Au bout du septième jour, les oeufs éclosent laissant apparaître des petits têtards. Leur métamorphose dure 3 à 4 mois.

Le chant de la grenouille verte est un « groek, groek » suivi de bref « kéké ». Quand de nombreuses grenouilles chantent toutes en même temps, cela donne un concert assourdissant.

Leurs principaux prédateurs sont les poissons carnivores comme le brochet, la perche, ou bien les serpent comme la couleuvre à collier et les oiseaux : hérons et martin pêcheur, canards ... l'homme, qui apprécie particulièrement les cuisses de grenouilles.

Rainette verte (Hyla arborea).
Rainette verte (Hyla arborea).
Rainette verte (Hyla arborea).
Rainette verte (Hyla arborea).
Rainette verte (Hyla arborea).
Rainette verte (Hyla arborea).
Rainette verte (Hyla arborea).
Rainette verte (Hyla arborea).

Rainette verte (Hyla arborea).

La rainette verte par Chiff-Chaff.

La rainette verte (Hyla arborea) vit dans les forêts de feuillus, les forêts mixtes, les parcs et jardins, les vergers, les rives des lacs et cours d'eau. Elle évite les forêts trop sombres et denses.

On la classe communément parmi les grenouilles même si scientifiquement on sépare les grenouilles (ranidés) des rainettes (hylidés) notamment parce que les rainettes sont équipées de pelotes adhésives au bout des doigts leur permettant un mode de vie arboricole. En Europe, les rainettes sont les seuls amphibiens à avoir ce mode de vie.

Elle ne dépasse pas 5 cm de long, a la peau lisse, vert souvent très vif, le ventre gris-blanc et présente une bande brune de l'œil aux flancs.

Les rainettes vertes se rencontrent dans les milieux marécageux et boisés, plutôt à proximité de l'eau. Elles ont une activité nocturne intense, tandis qu'elles passent la journée, lorsque celle-ci est bien ensoleillée, immobiles plusieurs heures afin de prendre le soleil.

Leur régime est composé en particulier d'insectes volants.

La maturité sexuelle est atteinte à deux ans et la reproduction a lieu au printemps, de mars à juin. Les femelles pondent de 800 à 1000 œufs en masses non-flottantes. Les têtards ont une crête dorsale marquée et des mouvements vifs et rapides semblables à ceux d'alevins. La survie de la jeune génération semble fortement liée à la pluviomètrie.

Les mâles forment des chœurs nocturnes sonores caractéristiques constitués d'une sorte de "waka-waka-waka" répétitif . Le chant semble avoir une grande importance au sein d'une population pour la reproduction.

La plupart des amphibiens sont en régression sur la totalité de leur aire de répartition, pour des raisons probablement multifactorielles, qui peuvent concerner les parties aquatique et (ou) terrestre de leur cycle de vie.

Cette espèce a des besoins précis pour maintenir sa diversité génétique et son développement, notamment en termes d'habitat naturel. Elle a par exemple du mal à se déplacer dans les milieux asséchés ou traités par des insecticides, sachant que les milieux qu'elle fréquente, des mares peu profondes notamment, peuvent évoluer rapidement (sécheresse, drainage, pollution…). Elle forme des métapopulations parfois éloignées les unes des autres et peut effectuer de petites migrations.

La rainette verte est l'une des espèces en forte régression dans les zones urbanisées et dans les régions d'agriculture intensive. La pollution de l'eau, par les insecticides notamment, ainsi que l'introduction de poissons carnivores dans les petites mares sont des facteurs de disparition.

Salamandre tachetée (Salamandra salamandra).
Salamandre tachetée (Salamandra salamandra).
Salamandre tachetée (Salamandra salamandra).
Salamandre tachetée (Salamandra salamandra).
Salamandre tachetée (Salamandra salamandra).
Salamandre tachetée (Salamandra salamandra).
Salamandre tachetée (Salamandra salamandra).
Salamandre tachetée (Salamandra salamandra).

Salamandre tachetée (Salamandra salamandra).

La salamandre tachetée (Salamandra salamandra) : Elle est nommée également salamandre terrestre, salamandre commune ou salamandre de feu. C'est un animal nocturne, muni de grands yeux noirs adaptés à la vision nocturne et crépusculaire. La peau lisse et noire de la salamandre tachetée est interrompue sur le dos par un motif jaune, occasionnellement orangé, de points et (ou) de lignes. Par la variabilité de ce motif, on peut identifier les individus.

Pour la protection contre ses ennemis, les glandes parotoïdes ainsi que des rangées de glandes dorsales peuvent excréter un venin. Soumise à un stress important, la salamandre est en mesure de projeter ce poison. Cette capacité lui a valu d'être considérée, dans les croyances populaires, comme un animal démoniaque pourvu de capacités surnaturelles.

La reproduction de la salamandre tachetée est un cas particulier parmi les amphibiens autochtones. Alors que la plupart des amphibiens se rendent dans les étangs et les mares au printemps, afin de s'accoupler et d'y déposer leurs œufs, les salamandres tachetées s'accouplent exclusivement hors de l'eau. La période d'accouplement dure d'avril à septembre avec un pic d'activité en juillet. La femelle ne se rend jusqu'à une zone d'eau qu'à la fin de la période embryonnaire, au printemps, afin de déposer les larves.

Les salamandres adultes se nourrissent dans une large mesure d'organismes invertébrés comme des cloportes, de petits coléoptères tendres ainsi que de petites limaces

En dépit de sa protection légale dans nombre de pays, la salamandre est en Europe en régression constante depuis au moins un siècle. Plusieurs causes semblent expliquer cette régression, dont principalement : le recul des zones humides forestières, la fragmentation paysagère en général et la fragmentation des forêts par les routes en particulier, la contamination de son environnement par les pesticides. Elle est notamment sensible aux insecticides qui peuvent tuer l'adulte, ou les larves, à faible dose.

La salamandre semble attirée par le macadam chaud et humide après les pluies d'été. De nombreux cadavres de salamandres sont trouvés sur les routes lorsqu'elles sont fréquentées.

Archives

À propos

Observations et photographies naturalistes. Pasionné de nature depuis l'enfance, je parcours la campagne sarthoise afin d'observer et ramener les clichés de mes sujets favoris : paysages, faune, flore.