Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

6 - Sentier des petites bêtes.

Publié par Roland Pellion  - Catégories :  #Faune.

Papillons, libellules, et autres invertébrés animent ce sentier.

Piéride de l'aubépine - le gazé (Aporia crataegi).
Piéride de l'aubépine - le gazé (Aporia crataegi).
Piéride de l'aubépine - le gazé (Aporia crataegi).
Piéride de l'aubépine - le gazé (Aporia crataegi).
Piéride de l'aubépine - le gazé (Aporia crataegi).
Piéride de l'aubépine - le gazé (Aporia crataegi).
Piéride de l'aubépine - le gazé (Aporia crataegi).
Piéride de l'aubépine - le gazé (Aporia crataegi).

Piéride de l'aubépine - le gazé (Aporia crataegi).

Le gazé (Aporia crataegi) vole d'avril à juillet-août, en une seule génération. Il vole assez loin sans être migrateur confirmé.

Il fréquente les lieux découverts, les broussailles où poussent les aubépines et le prunellier, les vergers où il trouve des plantes hôtes ainsi que les zones fleuries de chardons et autres astéracées.

Ses plantes hôtes sont diverses rosacées dont les aubépines, le prunellier, l'amélanchier, le prunier domestique, le poirier, le pommier, le sorbier des oiseleurs, etc.

Le gazé est protégé en France dans la région Ile de France..

Selon l'observatoire des papillons, ce papillon autrefois commun en France, semble presque disparu du nord, du nord-est et du Bassin parisien, probablement suite au développement d'une agriculture intensive, à l’arrachage des haies et des vergers qui auraient détruit son habitat et en particulier les haies et buissons d'aubépine, plante hôte nourrissant principalement sa chenille. Il ne s'est vraiment maintenu que dans les régions bocagères ou d’élevage extensif, Massif Central et Alpes.

Autrefois considéré comme nuisible, tellement il abondait dans les vergers, il est aujourd’hui menacé par l’utilisation accrue des pesticides et la destruction du bocage.

Piéride du chou (Pieris brassicae).
Piéride du chou (Pieris brassicae).
Piéride du chou (Pieris brassicae).

Piéride du chou (Pieris brassicae).

La piéride du chou ((Pieris brassicae) vole de mars à novembre en deux à quatre générations.

Elle hiverne à l'état de chrysalide.

La piéride du chou fréquente tous les types de milieux fleuris et même tous les genres de milieux lors de ses migrations.

Les plantes hôtes de la chenille sont surtout les choux cultivés, et les capucines.

Les chenilles sont souvent parasitées par diverses espèces d'hyménoptères, ces guêpes pondent leurs œufs dans la chenille, les larves qui éclosent la mangent en se développant puis la quittent à sa mort pour se nymphoser en cocons se disposant autour de sa dépouille.

Piéride de la rave (Pieris rapae).
Piéride de la rave (Pieris rapae).
Piéride de la rave (Pieris rapae).

Piéride de la rave (Pieris rapae).

La piéride de la rave (Pieris rapae) apprécie les jardins et les prairies riches en brassicacées jusque 2 100 m. d'altitude. Elle se maintient dans les villes sur les friches temporaires.

Les plantes hôtes sont les nombreuses crucifères : Chou potager, colza, moutarde des champs, ravenelle, alliaire officinale, ainsi que réséda jaune, grande capucine.

En plaine, le papillon peut avoir trois à cinq générations sur l'année mais seulement une à deux en montagne. L'imago est présent de mars à octobre mais est parfois présent dès janvier sur la Côte d'Azur.

Elle hiverne à l'état de chrysalide.

Piéride du navet (Pieris napi).
Piéride du navet (Pieris napi).

Piéride du navet (Pieris napi).

La piéride du navet (Pieris napi) vole de mars à novembre en une à quatre générations suivant son habitat, une seule génération en haute montagne et dans la région arctique. Elle hiverne à l'état de chrysalide.

Les plantes hôtes de la chenille sont des brassicacées comme l'alliaire officinale, la cardamine des prés. Contrairement à la piéride du chou la piéride du navet n'est nullement nuisible aux cultures, sa chenille se nourrit de crucifères sauvages et sa présence n'a jamais été attestée sur le navet.

Ce papillon apprécie les milieux ouverts et humides jusque 1 800 mètres d'altitude.

Piéride de la moutarde (Leptidea sinapis).
Piéride de la moutarde (Leptidea sinapis).
Piéride de la moutarde (Leptidea sinapis).
Piéride de la moutarde (Leptidea sinapis).
Piéride de la moutarde (Leptidea sinapis).

Piéride de la moutarde (Leptidea sinapis).

La piéride de la moutarde (Leptidea sinapis) vole d'avril à septembre. On compte jusqu'à trois générations suivant la latitude et l'altitude de son habitat (2000 m.). C'est dans sa chrysalide qu'elle hiverne à l'état de nymphe.

La piéride de la moutarde affectionne les lisières et clairières des bois clairs, les prairies, les friches, qu'elle parcourt d'un vol lent et bas.Ses plantes hôtes sont diverses fabacées (légumineuses): des lotiers, vesces, et gesses.

Citron (Gonepteryx rhamni).
Citron (Gonepteryx rhamni).
Citron (Gonepteryx rhamni).
Citron (Gonepteryx rhamni).

Citron (Gonepteryx rhamni).

Le citron (Gonepteryx rhamni) hiverne à l'automne puis vole à nouveau dès les premiers jours de soleil. C'est l'un des papillons à la plus grande longévité à l'état d'imago.

On le voit dès le début du printemps, voltigeant partout où croissent la bourdaine et le nerprun purgatif dont se nourrissent les chenilles. Une seconde émergence, partielle, peut être observée en août et en septembre.

Le citron affectionne les jardins fleuris et les friches. Ce papillon vit en plaine et en montagne jusqu'à 2000 m.

Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).
Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).
Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).
Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).
Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).
Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).
Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).
Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).
Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).
Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).
Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).
Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).

Piéride du cresson - Aurore (Anthocharis cardamines).

L'aurore (Anthocharis cardamines), ce piéridé présente un dimorphisme sexuel très marqué : l'apex des ailes antérieures du mâle est orange bordé d'une petite bande noire alors que la femelle est blanche avec cette même bande à l'apex.

Ce lépidoptère hiverne dans sa chrysalide. Les adultes sont visibles de mars à juillet (parfois plus tard en montagne), en une seule génération annuelle.L'aurore se retrouve dans tous les milieux fleuris, prairies, lisières de bois, talus herbeux, bermes des routes jusqu'à 1 800 mètres d'altitude.

Les plantes hôtes de la chenille sont les cardamines, l'alliaire officinale, le sisymbre officinal, la moutarde sauvage, la lunaire annuelle, la barbarée commune ainsi que diverses plantes voisines.

Souci (Colias crocea).
Souci (Colias crocea).
Souci (Colias crocea).

Souci (Colias crocea).

Le souci (Colias crocea) affectionne les friches fleuries, jusqu'à 2 200 m. environ. C'est un autochtone des régions tempérées du pourtour méditerranéen et un migrateur qui arrive au printemps dans le nord de l'Europe.

Le souci vole d'avril à octobre en plusieurs générations, il hiverne sous forme de chenille.

Les plantes hôtes de sa chenille sont des légumineuses, dont la luzerne et le trèfle.

La mégère, le satyre (Lasiommata megera).
La mégère, le satyre (Lasiommata megera).

La mégère, le satyre (Lasiommata megera).

La mégère (Lasiommata megera) est présente dans toute l'Afrique du nord, dans toute l'Europe non nordique, et dans l'ouest de l'Asie tempérée. Elle est présente dans tous les départements de la France métropolitaine.La Mégère fréquente les friches broussailleuses, les landes claires, les endroits rocailleux. Posée sur les chemins, elle apprécie se réchauffer longuement au soleil.

Les plantes hôtes sont diverses graminées et céréales.

Paon du jour (Aglais io).
Paon du jour (Aglais io).
Paon du jour (Aglais io).

Paon du jour (Aglais io).

Le paon du jour (Aglais io) est univoltin, bivoltin ou trivoltin, sa période de vol s'étale des premiers beaux jours à la fin de l'automne.

Il peut entrer en diapause, selon le temps, entre la fin octobre et le printemps. Ces dates sont totalement tributaires des conditions atmosphériques. Il a la particularité d'hiverner à l'état adulte. Cette période terminée, il vole dès février dans les zones où le climat lui permet deux ou trois générations.

Le paon du jour apprécie les parties découvertes ensoleillées des bois, berges boisées, prairies humides, jachères, terrains vagues, vallons abrités buissonneux, jusqu'à 2 500 m d'altitude. Les adultes hivernent dans des lieux sombres et frais, tels que des arbres creux, des végétations denses, tas de bûches, crevasses de rochers, granges, greniers...

La chenille de paon du jour affectionne tout particulièrement l'ortie dioïque et le houblon. Les adultes, quant à eux, butinent une grande variété de nectars issus des chatons de saules, du buddleia de David, de pissenlit, de marjolaine, du sureau, de l'eupatoire chanvrine, de violettes et de trèfles ; ils utilisent également la sève de certains arbres et des fruits putréfiés.

Vulcain (Vanessa atalanta).
Vulcain (Vanessa atalanta).
Vulcain (Vanessa atalanta).
Vulcain (Vanessa atalanta).
Vulcain (Vanessa atalanta).

Vulcain (Vanessa atalanta).

Le vulcain (Vanessa atalanta) est univoltin ou bivoltin (1 ou 2 générations annuelles).

Il hiberne sous forme de chrysalide, dans certaines régions, quelques adultes peuvent hiberner aussi.

L'ortie dioïque est la plante hôte de ses chenilles, tout comme pour le paon du jour, la vanesse du chardon, le Robert le diable et le carte géographique. Ses larves se nourrissent aussi sur la petite ortie et la pariétaire.

Le nectar des fleurs est la nourriture principale du vulcain. On le voit souvent se nourrir sur les buddleias, les marguerites, les chardons et bien d'autres fleurs. De plus, les vulcains se nourrissent aussi du jus des fruits tombés au sol comme les pommes, les poires.

Vanesse du chardon - Belle dame (Vanessa cardui).
Vanesse du chardon - Belle dame (Vanessa cardui).

Vanesse du chardon - Belle dame (Vanessa cardui).

La vanesse du chardon (Vanessa cardui) est polyvoltine, sans diapause, elle vole toute l'année mais change de domaine de résidence. En Europe, suivant le lieu où elle réside il y aura de une à trois générations et la dernière migre vers le sud.

La belle-dame affectionne les lieux découverts et tous les lieux comportant des chardons ou autres plantes-hôtes.

C'est une espèce migratrice hivernant en Afrique et migrant vers l'Europe centrale et du sud au printemps (d'avril à juin), puis les descendants de cette première génération rejoignent le sud en automne. Elles sont incapables de survivre à l'hiver européen.

Les papillons, se déplaçant par groupe de quatre ou cinq à une vitesse de 25 à 30 km/h, peuvent couvrir près de 500 km en un jour, ne faisant que de rares pauses pour se nourrir sur les fleurs de chardon. C'est probablement, parmi les papillons européens le plus grand migrateur connu.

Les deux sexes sont semblables. Les papillons migrants des pays du sud vers le nord sont reconnaissables à la couleur délavée, presque terne de leurs ailes, due à l'altération des écailles qui les composent.

Robert le diable - Gamma ((Polygonia c-album).
Robert le diable - Gamma ((Polygonia c-album).
Robert le diable - Gamma ((Polygonia c-album).
Robert le diable - Gamma ((Polygonia c-album).
Robert le diable - Gamma ((Polygonia c-album).

Robert le diable - Gamma ((Polygonia c-album).

Le Robert le diable (Polygonia c-album) affectionne les haies, les clairières et les lisières. Comme la plupart des espèces hivernantes, il apprécie en automne les fruits tombés au sol dans les vergers.

Il a des ailes très découpées.

Le dessus des ailes présente sur un fond orange vif, des marques brunes et des taches claires en bordure.

Le revers est marbré de brun. Replié, le papillon ressemble à une feuille morte. Les ailes postérieures présentent au revers une tache blanche en forme de G.

Le dimorphisme sexuel est léger, il est marqué dans l'intensité de la coloration, le découpage des ailes et la taille : La femelle est légèrement plus grande que le mâle.

Cette espèce produit deux générations par an, la première, à partir de fin mai, plus pâle que celle que l'on rencontre à partir de juillet, en automne et au printemps après hivernage.

Carte géographique (Araschnia levana).
Carte géographique (Araschnia levana).
Carte géographique (Araschnia levana).
Carte géographique (Araschnia levana).
Carte géographique (Araschnia levana).

Carte géographique (Araschnia levana).

La carte géographique ((Araschnia levana)) présente plusieurs générations successives chaque année avec un fort dimorphisme saisonnier.

- Les individus nés au printemps, la forme dite levana sont clairs, le dessus des ailes est orangé fortement dessiné de blanc et de noir (couleurs également présentes sur la chenille).

- Ceux de la génération estivale, la forme dite prorsa sont noirs avec une bande blanche et une étroite ligne sub-marginale rouge foncé, le dessous étant violacé parcouru d'un réseau de traits blancs évoquant les routes sur une carte géographique.

La plante-hôte est la grande ortie. Son habitat, ce sont les lisières, notamment les lisières de bois clair, les bosquets et les haies s'épaississant en bosquets. Les mâles sont territoriaux, des poursuites et éloignements de congénères peuvent être observés.

Le fauchage trop systématique, l'utilisation de désherbant sur les orties pourraient être les causes de sa régression, de même que la généralisation de l'usage des insecticides qu'on retrouve en petite quantité jusque dans les eaux de pluie, la brume, la rosée.

Tous les papillons de jour sont sensibles aux aléas météorologiques. Localement au moins, l'espèce semble pouvoir être vulnérable à des aléas climatiques globaux.

Petit sylvain (Limenitis camilla).
Petit sylvain (Limenitis camilla).

Petit sylvain (Limenitis camilla).

Le petit sylvain (Limenitis camilla) vit dans les forêts claires, les zones boisées fraîches, clairières et allées, en plaine.

Le papillon vole en une génération entre juin et août. La chenille hiverne dans un hibernaculum à la base des feuilles.

Les plantes hôtes sont les chèvrefeuilles et la symphorine.

Tabac d'Espagne (Argynnis paphia).
Tabac d'Espagne (Argynnis paphia).

Tabac d'Espagne (Argynnis paphia).

Le tabac d'Espagne (Argynnis paphia) vole en une génération entre mai et septembre suivant sa localisation. C'est un papillon des clairières et allées forestières.

Les plantes hôtes des chenilles sont les violettes.

Il hiverne à l'état de jeune chenille dans les crevasses des écorces des arbres où les œufs ont été pondus.

Petit nacré ((Issoria lathonia).
Petit nacré ((Issoria lathonia).

Petit nacré ((Issoria lathonia).

Le petit nacré (Issoria lathonia) est trivoltin et vole de mars à octobre.

La plante-hôte de la chenille sont les différentes violettes.

Il peut hiverner à tous les stades larvaires, et aussi sous la forme adulte.

Le petit nacré pratique, dans les régions sèches, une migration verticale entre le maquis et les sapinières de montagne. Il émerge au printemps en plaine puis migre en altitude dans la montagne et y reste les mois d'été pour redescendre à l'automne en basse altitude.

Petite violette (Boloria clossiana dia).
Petite violette (Boloria clossiana dia).

Petite violette (Boloria clossiana dia).

La petite violette (Boloria clossiana dia) vole en deux à trois générations entre avril et septembre. Elle hiverne à l'état de chenille formée dans l'œuf.

La petite violette est un papillon typique des pelouses sèches, des prés maigres, des clairières fleuries et des coupes forestières riches en violettes.

En France ce papillon est protégé dans la région Ile de France.

Demi deuil (Melanargia galathea).
Demi deuil (Melanargia galathea).
Demi deuil (Melanargia galathea).
Demi deuil (Melanargia galathea).

Demi deuil (Melanargia galathea).

La période de vol du demi deuil (Melanargia galathea) s'étend de mai à septembre en une seule génération.

Les œufs sont simplement abandonnés en vol par la femelle ou lâchés d'un perchoir. La chenille éclôt environ 3 semaines plus tard. Les larves grignotent quelques feuilles avant de chercher un abri pour l'hivernage. La chenille reprend son activité au printemps; elle se nymphose fin mai, à proximité du sol. La chrysalide, blanchâtre ou jaunâtre, repose à l'abri d'un réseau soyeux lâche.

Il vit dans tous types de lieux herbus. Il apprécie les fleurs de centaurées.

Tristan (Aphantopus hyperantus).
Tristan (Aphantopus hyperantus).
Tristan (Aphantopus hyperantus).

Tristan (Aphantopus hyperantus).

Le tristan (Aphantopus hyperantus) est un papillon des forêts tempérées humides, où il volette dans les taches de lumière ou au coucher du soleil, dans les clairières ou milieux assimilables (bocage dense, milieux ouverts de parcs boisés). Il apprécie les fleurs des ronciers où on le voit souvent butiner. Il est un des rares papillons de jour à voler par temps couvert et même par pluie fine.

La période de vol du tristan va de début juin à fin août.

Myrtil (Maniola jurtina) .
Myrtil (Maniola jurtina) .
Myrtil (Maniola jurtina) .
Myrtil (Maniola jurtina) .

Myrtil (Maniola jurtina) .

Le myrtil (Maniola jurtina) présente un dimorphisme sexuel, le dessus du mâle est uniformément marron clair avec un ocelle noir centré de blanc à l'apex de l'aile antérieure, alors que la femelle présente une plage fauve plus ou moins étendue autour de cet ocelle. Le revers présente aux antérieures de couleur ocre bordé de beige foncé le même ocelle à l'apex, alors que les postérieures sont de couleur grisâtre à marron avec une bande plus ou moins orange chez la femelle.

Ses ailes sont ornées d'ocelles qui ont probablement un rôle contre la prédation.

Il hiberne sous forme de chenille dans la végétation au niveau du sol.

Il vole en une génération, de fin mai à septembre, avec une date d'émergence variable suivant le lieu de résidence.

Il fréquente les milieux ouverts: Clairières forestières, prairies, bocage. Les myrtils peuvent s'y regrouper par milliers.

Amaryllis (Pyronia tithonus).
Amaryllis (Pyronia tithonus).
Amaryllis (Pyronia tithonus).
Amaryllis (Pyronia tithonus).

Amaryllis (Pyronia tithonus).

L'amaryllis (Pyronia tithonus) vole en une génération de juillet à septembre. Elle hiverne au stade de chenille.

Elle fréquente les lieux herbeux et buissonneux près des bois, des haies, des sentiers forestiers, prairies broussailleuses, clairières.

Tircis (Pararge aegeria).
Tircis (Pararge aegeria).

Tircis (Pararge aegeria).

Le tircis (Pararge aegeria) vole en deux ou trois générations entre février et décembre. Il hiverne au stade de chenille ou au stade de chrysalide.

Le tircis vit dans les bois clairs, les clairières, les haies et parcs urbains arborés, jusqu’à 1500 m. Le papillon se tient au sol, sur les plantes basses ou sur les feuilles d’arbres dans les taches de soleil des clairières, le long des chemins forestiers et des lisières.

Thécla de la ronce - Argus vert (Callophrys rubi).
Thécla de la ronce - Argus vert (Callophrys rubi).

Thécla de la ronce - Argus vert (Callophrys rubi).

La thècle de la ronce (Callophrys rubi) hiverne au stade nymphal. Elle vole en une génération (univoltin), généralement de mars à juin, mais on peut encore l'observer en juillet et début août.

Elle fréquente des lieux très variés, jardins comme lieux herbus, clairières, lisières, landes.

Cuivré commun- bronzé (Lycaena phlaeas).

Cuivré commun- bronzé (Lycaena phlaeas).

Le cuivré commun (Lycaena phlaeas) est un petit papillon qui présente un certain dimorphisme suivant les générations et suivant les sous-espèces. Le dessus des ailes antérieures est cuivre, plus ou moins suffusé de marron alors que les ailes postérieures sont marron bordées d'une large bande cuivre.

Le revers de l'aile antérieure est orange orné de points noirs cerclés de blanc et bordé de beige alors que le revers des ailes postérieures est beige à marron clair suivant les sous-espèces. Une queue en est plus ou moins visible.

Suivant les lieux dans son aire de répartition, il vole en deux ou trois générations de mai à octobre. Il hiverne à l'état de jeune chenille.

Ses plantes hôtes sont les rumex (ou oseilles sauvages).

Cuivré fuligineux- argus myope  (Heodes tityrus).
Cuivré fuligineux- argus myope  (Heodes tityrus).

Cuivré fuligineux- argus myope (Heodes tityrus).

Le cuivré fuligineux (Heodes tityrus) ou argus myope vole en deux générations, d'avril à juin puis de juillet à septembre, mais n'a qu'une génération en altitude. Il hiverne à l'état de jeune larve.

Il aime les prairies fleuries, les lieux broussailleux herbus et fleuris. Les plantes hôtes sont les rumex (ou oseille sauvage) en particulier.

Azuré des nerpruns (Celastrina argiolus).

Azuré des nerpruns (Celastrina argiolus).

L'azuré du nerprun (Celastrina argiolus) vole en deux générations, d'avril à juillet. Les chenilles sont élevées par les fourmis. Il hiverne à l'état de chrysalide au stade nymphal.

Son habitat est varié : jardins, prairies sèches, haies, lisières de bois, bords de rivières. Ce petit papillon doit son nom au fait que l'on trouve fréquemment sur les nerpruns et sur le lierre le long des haies et dans les bois clairs.

Ses plantes hôtes sont extrêmement variées, entre autres les nerpruns, les groseilliers, les cuscutes, le houx, les cornouillers ...

Azuré commun - argus bleu (Polyommatus icarus).
Azuré commun - argus bleu (Polyommatus icarus).

Azuré commun - argus bleu (Polyommatus icarus).

L' habitat de l'azuré commun (Polyommatus icarus) est très varié, prairies, bords de chemins, jardins. Les Argus sont attirés par les tas de fumier, car ils y trouvent les minéraux nécessaires afin de séduire les femelles.

Les chenilles sont soignées par des fourmis. Il vole en une génération en juin-juillet dans les régions les plus froides, en deux et même trois générations de mai à octobre dans les lieux plus chauds.

Sylvaine (Ochlodes sylvanus).
Sylvaine (Ochlodes sylvanus).

Sylvaine (Ochlodes sylvanus).

La sylvaine (Ochlodes sylvanus) vole habituellement en une seule génération de juin à août. Pourrait avoir plusieurs générations au sud de l'Europe. Elle hiverne au stade de chenille adulte.

Elle fréquente les milieux les plus divers: prés, lieux incultes riches en graminées, lisières forestières, clairières, haies, bords de routes.

Hespérie de la Houque (Thymelicus sylvestris).
Hespérie de la Houque (Thymelicus sylvestris).

Hespérie de la Houque (Thymelicus sylvestris).

L'hespérie de la houque (Thymelicus sylvestris) ou bande noire ou thaumas vole en une seule génération de début mai à août. Ce petit papillon vit dans les friches, les prairies fleuries, au bord des routes..

Les massues antennaires sont oranges contrairement à celles de l'hespérie du dactyle qui sont noires.

Hespérie du dactyle ((Thymelicus lineola) .
Hespérie du dactyle ((Thymelicus lineola) .
Hespérie du dactyle ((Thymelicus lineola) .

Hespérie du dactyle ((Thymelicus lineola) .

L'hespérie du dactyle (Thymelicus lineola) porte ses ailes antérieures partiellement redressées quand il est posé. Les massues antennaires sont noires contrairement celles à l'hespérie de la houque.

L'hespérie du dactyle vole en une seule génération de début mai à août. Elle hiverne au stade de chenille formée dans l'œuf.

Machaon - grand carottier (Papilio machaon).

Machaon - grand carottier (Papilio machaon).

Le machaon (Papilio machaon) vole et se reproduit de fin mars à septembre, deux ou trois générations se succèdent pendant cette période. Il hiverne à l’état de chrysalide, certains imagos hivernent aussi.

Il affectionne les prairies fleuries, au moins jusqu'à 1 800 m, les zones humides où croissent ses plantes hôtes. Les plantes hôtes de sa chenille sont diverses ombellifères, notamment le fenouil, l'aneth, le persil, la carotte ...

La chenille du machaon a une activité diurne; elle est visible de mai à juillet puis d'août à octobre. Quand on l'inquiète, elle fait saillir son osmeterium orangé (glande odorante qui éloigne les prédateurs).

Le machaon serait friand d'une plante du genre "asclepias" contenant des molécules toxiques pour les prédateurs et les oiseaux.

Flambé (Iphiclides podalirius).
Flambé (Iphiclides podalirius).

Flambé (Iphiclides podalirius).

Le flambé (Iphiclides podalirius) vole de fin mars à septembre en deux ou trois générations par an (bivoltin ou trivoltin). Il est migrateur dans la partie nord de son aire. Il hiberne sous sa forme chrysalidale.

Des lieux fleuris divers lui conviennent : jardins, vergers, bois clairs, collines, montagnes et ce jusqu'à 2 000 m. Les plantes hôtes de sa chenille sont le prunellier, les cerisiers dont le cerisier à grappes, les aubépines et aussi les pêchers et les amandiers.

Il n'a pas de statut de protection général mais il est protégé dans plusieurs pays d'Europe.

Sphinx gazé - Sphinx du chèvrefeuille (Hemaris diffinis).
Sphinx gazé - Sphinx du chèvrefeuille (Hemaris diffinis).
Sphinx gazé - Sphinx du chèvrefeuille (Hemaris diffinis).

Sphinx gazé - Sphinx du chèvrefeuille (Hemaris diffinis).

On peut voir le sphinx gazé (Hemaris diffinis) sous sa forme adulte de juin à septembre, lorsqu'il est occupé à butiner les fleurs, en vol stationnaire, avec sa langue aussi longue que son corps.

Sa chenille se nourrit sur des chèvrefeuilles, des gaillets, la scabieuse succise, des lychnis etc ...

Le sphinx gazé occupe une grande partie de l'Europe et de l'Afrique du Nord, où il peut se rencontrer en plaine comme en montagne jusqu'à 2000 m. C'est un hôte des lisières boisées, des grandes allées forestières, des jachères, des carrières abandonnées ... mais il peut tout à fait venir visiter vos plates-bandes fleuries, ou votre très apprécié buddleia.

Cuculie du bouillon blanc (Shargacucullia verbasci)- chenille.
Cuculie du bouillon blanc (Shargacucullia verbasci)- chenille.

Cuculie du bouillon blanc (Shargacucullia verbasci)- chenille.

Les plantes hôtes de la chenille de la cuculie du bouillon blanc (Shargacucullia verbasci) sont le bouillon blanc, d'autres espèces du genre verbascum et aussi diverses espèces de scrofulaires. Parfois nombreuses sur une même plante, les chenilles atteignant 50 mm de long avant la nymphose, sont visibles en juin-juillet lorsqu'elles se nourrissent.

Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo).
Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo).
Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo).

Caloptéryx vierge (Calopteryx virgo).

Le caloptéryx virgo ou caloptéryx vierge (anciennement agrion vierge) préfère les cours d'eau vive, oxygénée et plutôt ombragés par rapport aux autres espèces de demoiselles. On le trouve typiquement près des ruisseaux boisés.

Les mâles, territoriaux, vont se percher sur des plantes de la berge ou sur les arbres de la ripisylve. Ils chassent des insectes qui passent et retournent souvent sur les mêmes perchoirs.

Ils peuvent voler loin de l’eau, de même que les femelles qui n’y retournent que pour pondre ou chercher un partenaire sexuel.

La femelle fécondée pond jusqu'à 300 œufs durant la période de reproduction, sur les plantes émergées ou flottantes. Les œufs éclosent après environ 14 jours. La larve se développe sous l’eau durant un à deux ans, dans la végétation, les débris de plantes ou les racines submergées. Elle hiverne dans la boue.

Cet insecte est sensible à l’oxygénation de l’eau. Il souffre donc des diminutions de teneur en oxygène de l’eau qui peuvent résulter de l’eutrophisation du milieu (prolifération d’algues invasives due à des rejets de phosphate et (ou) d’azote ainsi que de l’oxydation de matière organique ou de composés chimiques.

Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendens).
Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendens).

Caloptéryx éclatant (Calopteryx splendens).

Le caloptéryx splendens ou caloptéryx éclatant ou encore caloptéryx splendide (anciennement agrion éclatant) fréquente les zones humides plutôt les abords des rivières lentes, les canaux.

Le mâle a les ailes colorées de bleu, mais pas en totalité, juste une large bande qui ne part pas de la base de l’aile et n’en recouvre jamais plus de la moitié. La taille de cette tache bleue foncée peut varier selon les individus ou les populations. Il a le corps bleu métallique, bien brillant, mais les trois derniers segments de l’abdomen sont clairs sur leur face inférieure, ce qui permet vraisemblablement la reconnaissance entre partenaires.

La femelle a les ailes hyalines, enfumées, avec des nervures vertes. Son corps est vert métallique, avec une ligne jaune dorsale pour les trois derniers segments abdominaux.

Agrion à larges pattes - pennipatte bleuâtre (Platycnemis pennipes).
Agrion à larges pattes - pennipatte bleuâtre (Platycnemis pennipes).
Agrion à larges pattes - pennipatte bleuâtre (Platycnemis pennipes).

Agrion à larges pattes - pennipatte bleuâtre (Platycnemis pennipes).

L'agrion à larges pattes vit dans des milieux très variés : rivières, étangs, gravières, canaux, bras morts...

La reproduction de l'espèce peut être observée pendant tout l'été. Mâles et femelles s'accouplent posés sur la végétation des berges, puis la ponte s'effectue en tandem, le mâle tenant la femelle par l'arrière de la tête. Les oeufs sont déposés dans la tige des myriophylles ou des rubaniers juste sous la surface, en divers endroits. La ponte est souvent observée en groupe, les couples se relayant sur les plantes pour pondre ou pour se reposer. Les oeufs de l'agrion à larges pattes éclosent quelques semaines après la ponte. Les larves grandissent vite et hivernent après leur dernière mue.

Les émergences de platycnemis pennipes ont lieu sur les plantes, très près du bord de l'eau. Les imagos fraîchement émergés présentent une coloration rose-orangée qui devient plus pâle, blanchâtre par la suite. Les yeux sont d'un bleu-vert laiteux.

Sympétrum sanguin (Sympetrum sanguineum).
Sympétrum sanguin (Sympetrum sanguineum).
Sympétrum sanguin (Sympetrum sanguineum).

Sympétrum sanguin (Sympetrum sanguineum).

Le sympétrum sanguin ou sympétrum rouge sang est aussi appelé sympètre rouge sang. L'abdomen du mâle est plus rouge et plus élargi que celui des autres sympétrums. La femelle, comme chez l'ensemble des sympétrums est plus grisâtre. Parfois l'abdomen est teinté de rouge chez de vieilles femelles.

Cette espèce apprécie les eaux stagnantes ou faiblement courantes riches en végétation permanente ou temporaire, plus rarement les rivières au courant plus rapide. On la rencontre même loin de l'eau, des lisières de forêts jusqu'aux jardins urbains ensoleillés.

Grande sauterelle verte (Tettigonia viridissima).
Grande sauterelle verte (Tettigonia viridissima).
Grande sauterelle verte (Tettigonia viridissima).

Grande sauterelle verte (Tettigonia viridissima).

La grande sauterelle verte (Tettigonia viridissima), Cette espèce se rencontre de l'Europe à la Mongolie. C'est la plus grande sauterelle que l'on peut voir presque partout en France, où elle était autrefois très courante. Elle a fortement régressé ou disparu des zones d'agriculture intensive, surtout dans la partie nord du pays et au-delà des frontières, mais est toujours bien présente dans les lieux incultes enherbés ou buissonnants, même le long des autoroutes. Les puissantes stridulations des mâles, émises dès juillet par temps assez chaud, sont caractéristiques

Lucane cerf-volant (Lucanus cervus).
Lucane cerf-volant (Lucanus cervus).
Lucane cerf-volant (Lucanus cervus).

Lucane cerf-volant (Lucanus cervus).

Le lucane cerf volant (Lucanus cervus).

La larve blanche, translucide à tête orangée, saproxylophage (qui consomme uniquement du bois mort), se nourrirait durant 3 à 6 années de bois mort ou pourrissant, jusqu'à atteindre 8 à 10 cm pour les larves mâles. La malnutrition des larves peut induire des coléoptères plus petits, ou des durées de vie larvaire plus longues.

Le moment venu, elles s'enterrent et se confectionnent une loge à leur mesure. Elles s'y transformeront en nymphes, puis en insectes volants l'automne venu, mais ces derniers n'émergeront qu'au début de l'été suivant

Une fois métamorphosée en imago, l'individu vit sur ses réserves jusqu'à l'accouplement et la mort. Le cerf volant adulte peut toutefois se nourrir de nectar, de fruits et de sève émise par les plaies des arbres.

Face aux menaces, le lucane mâle affiche ses mandibules, celles-ci sont puissantes et permettent de pincer fortement. Elles servent également à pousser ou saisir et éjecter d'éventuels opposants.

L'espèce est actuellement protégée mais continue à se raréfier géographiquement, en gardant des poches de présence. Le lucane cerf-volant est inscrit à l'annexe II de la directive européenne "habitat faune flore" de 1992.

Lepture tachetée (Rutpela maculata).
Lepture tachetée (Rutpela maculata).

Lepture tachetée (Rutpela maculata).

La lepture tachetée: Les adultes ont une vie brève, deux semaines à un mois, pendant laquelle ils se nourrissent de pollen et de nectar tout en pondant leurs œufs dans des souches ou du bois pourri qui servira de nourriture aux larves.

Elle est commune de mai à août sur diverses fleurs, de préférence blanches, achillées ou berces, principalement en lisières de forêts.

Lepture livide (Pseudavadonia livida).
Lepture livide (Pseudavadonia livida).

Lepture livide (Pseudavadonia livida).

Abeille européenne (Apis mellifera).
Abeille européenne (Apis mellifera).
Abeille européenne (Apis mellifera).
Abeille européenne (Apis mellifera).
Abeille européenne (Apis mellifera).

Abeille européenne (Apis mellifera).

L'abeille européenne (Apis mellifera).

Toutes les abeilles sont des insectes hyménoptères, végétariens et butineurs. L'abeille récolte ainsi dans la nature nectar, propolis, miellat et pollen. En butinant l'abeille assure également la pollinisation des plantes.

Leur taille distingue les abeilles des bourdons, aux mœurs comparables mais plus ronds et généralement plus gros. Les guêpes ont quant à elles la taille fine, en général moins de poils et leurs larves sont carnivores. Le nom d'abeille est ainsi généralement accordé aux espèces dont l'aspect se rapproche de celui des mouches. Leurs quatre ailes reliées deux à deux différencient pourtant facilement les abeilles des mouches, notamment des syrphes, ces insectes également pollinisateurs qui arborent par mimétisme le costume rayé de la guêpe et parfois celui, plus poilu, des abeilles.

Selon les habitudes de vie des espèces, on distingue plusieurs catégories d'abeilles. L'expression: abeille domestique est l'un des noms usuels de l'abeille européenne (Apis mellifera), mais elle peut aussi être employée pour toute autre abeille domestiquée par l'homme. Par opposition, on nomme « abeille sauvage » une abeille non domestiquée.

Certaines abeilles transforment une partie de leur récolte en produits dérivés : miel, cire ou gelée royale. Ces produits sont stockés dans des nids plus ou moins élaborés : de simples galeries pour les espèces solitaires, des assemblages complexes de rayons de cire pour les espèces sociales.

Eristale tenace - éristale gluante - syrphe (Eristalis tenax).
Eristale tenace - éristale gluante - syrphe (Eristalis tenax).
Eristale tenace - éristale gluante - syrphe (Eristalis tenax).
Eristale tenace - éristale gluante - syrphe (Eristalis tenax).
Eristale tenace - éristale gluante - syrphe (Eristalis tenax).
Eristale tenace - éristale gluante - syrphe (Eristalis tenax).
Eristale tenace - éristale gluante - syrphe (Eristalis tenax).

Eristale tenace - éristale gluante - syrphe (Eristalis tenax).

L'éristale tenace (Eristalis tenax) est un insecte inoffensif rappelant principalement l'abeille domestique mâle ou faux-bourdon et il est le plus commun des éristales d'Europe, il butine de nombreuses espèces de fleurs. Son rôle est important dans la pollinisation.

C'est un excellent planeur capable de s'arrêter en plein vol et de rester immobile au-dessus d'un point, sans qu'on puisse percevoir les battements de ses ailes.

Les larves sont cylindriques et vivent dans des eaux stagnantes riches en matières organiques où elles peuvent se mouvoir. Leur tube respiratoire, placé en position terminale, peut s'allonger pour aller chercher l'air en surface, d'où leur surnom de "ver à queue de rat".

S'ils se font attaquer, les éristales se comportent parfois comme des bourdons en tournant autour de l'ennemi pendant quelques secondes.

Argiope frelon (Argiope bruennichi).
Argiope frelon (Argiope bruennichi).
Argiope frelon (Argiope bruennichi).

Argiope frelon (Argiope bruennichi).

L'argiope frelon est une espèce qui apprécie les milieux ouverts et ensoleillés. Elle était autrefois particulièrement rare au nord de l'Europe, essentiellement présente au sud de la Loire en France.

Bien que son camouflage jaune et noir peut laisser croire qu'il serve de protection vis-à-vis de prédateurs qui la prendraient pour un frelon, une étude a démontré que l'alternance des stries jaunes et noires sur le corps de cette espèce doublait en réalité le nombre de ses captures d'insectes en agissant comme leurre visuel rendant l'araignée moins visible pour ses proies, bien qu'au milieu de sa toile. L'argiope présente un dimorphisme sexuel, le mâle étant plus petit et plus terne que la femelle.

 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).
 Mante religieuse (Mantis religiosa).

Mante religieuse (Mantis religiosa).

La mante religieuse (Mantis religiosa) parfois appelée: le tigre de l'herbe, en raison de ses mœurs voraces, la mante religieuse se nourrit d'insectes vivants qu'elle attrape avec ses pattes avant et immobilise en dévorant parfois d'abord ses ganglions cervicaux puis le reste du corps jusqu'à l'extrémité de l'abdomen. Elle laisse les parties trop dures comme certaines ailes ou pattes. Ses pièces buccales sont de type broyeur, ce qui lui permet de manger très facilement des proies parfois aussi grosses qu’elle. Ses proies sont généralement d'autres insectes comme des criquets, sauterelles, mouches, papillons ...Après l'accouplement, la femelle peut aussi consommer le mâle.

Primitivement originaire d'Afrique, la mante religieuse s'est répandue sur toute la zone méditerranéenne et de grands territoires de l'Asie à l'est jusqu'au Japon. Ses stations les plus nordiques semblent se situer à l'est du mont Oural. Parallèlement en Afrique, elle s'est déplacée jusqu'au Cap de Bonne Espérance. Elle est considérée comme espèce invasive en Amérique du Nord depuis le début du XXè siècle.

Phasme gaulois (Clonopsis gallica).
Phasme gaulois (Clonopsis gallica).

Phasme gaulois (Clonopsis gallica).

Le phasme gaulois (Clonopsis gallica) est un insecte herbivore. Il a pour particularité d'être mimétique avec des brindilles, rendant ainsi son observation difficile. Cette espèce est commune en Europe du Sud et se rencontre sur le pourtour méditerranéen. Observé occasionnellement dans la Sarthe.

Archives

À propos

Observations et photographies naturalistes. Pasionné de nature depuis l'enfance, je parcours la campagne sarthoise afin d'observer et ramener les clichés de mes sujets favoris : paysages, faune, flore.